Situation des Chrétiens en Israël

Il y a en Israël une liberté de culte et les Chrétiens peuvent pratiquer leur foi avec une  liberté relative. Ils construisent des églises et tiennent des écoles et d’autres institutions.  Les écoles chrétiennes sont parmi les meilleures écoles du pays.

 

En dépit de cette liberté relative, un sentiment anti-chrétien est aussi très répandu dans de nombreux quartiers juifs. Un tel sentiment prend sa source aussi bien dans la défiance traditionnelle et religieuse de non-Juifs, que dans la perception historique selon laquelle les Chrétiens ont persécuté les Juifs dans le passé. Les églises peuvent faire l’objet de dégradation avec des slogans anti-chrétiens et le clergé traditionnellement vêtu est parfois insulté ou peut subir des crachats.

 

Il y a trois grands groupes de Chrétiens en Israël :

 

-La majorité des Chrétiens qui sont citoyens israéliens sont des Chrétiens palestiniens. Ils vivent dans le nord du pays et dans des villes mixtes juives-arabes (comme Haïfa, Jaffa, Ramleh, Lydda, etc). Ils souffrent des mêmes discriminations et de la même marginalisation que le reste de la population palestinienne en Israël. Ils constituent entre 75 et 80% des Chrétiens qui sont citoyens israéliens (120-130 000).

 

-Le second groupe est constitué de Chrétiens intégrés dans le secteur juif israélien hébréophone. Pour la plupart en provenance de pays de l’ex-Union soviétique et de l’Europe de l’Est, ils gardent souvent leur identité chrétienne cachée. Ils représentent entre 20 et 25% des Chrétiens citoyens israéliens (30-40 000).

 

-S’ajoutent aux Chrétiens citoyens israéliens, un troisième groupe de Chrétiens constitués de 150 000 migrants, avec différents permis de résidence temporaires, ou vivant en Israël sans le moindre papier. Les travailleurs immigrants (principalement venus d’Asie) et les chercheurs d’asile (majoritairement d’Afrique)  forment ce groupe qui vit dans une grande précarité sociale et économique, et qui fait face aux défis de la pauvreté, de l’exploitation, de la discrimination et du racisme.

 

L’émigration des Chrétiens palestiniens citoyens israéliens est en partie motivée par l’insuffisance et l’inégalité des opportunités pour les citoyens « non-juifs » et la discrimination envers les citoyens qui sont arabes palestiniens. Les plus affectés sont les plus instruits qui sont le plus souvent tentés par l’émigration. Il y a aussi une migration interne vers le côté juif où il y a plus de possibilités de travail et une meilleure qualité de vie.