L’Église et le dialogue avec les musulmans

Le Concile Vatican II (1962-1965) est une étape extrêmement importante dans l’évolution des relations entre l’Église et l’Islam. Après des siècles de tensions et de méfiance, l’Église définit un nouveau discours pour s’engager dans une relation fondée sur le dialogue. Le troisième paragraphe de Nostra Aetate (A notre époque), le document qui s’interroge sur “les relations de l’Église avec les religions non-chrétiennes”, déclare (point 3) :

 

“L’Église regarde aussi avec estime les musulmans, qui adorent le Dieu unique, vivant et subsistant, miséricordieux et tout-puissant, créateur du ciel et de la terre, qui a parlé aux hommes. Ils cherchent à se soumettre de toute leur âme aux décrets de Dieu, même s’ils sont cachés, comme s’est soumis à Dieu Abraham, auquel la foi islamique se réfère volontiers. Bien qu’ils ne reconnaissent pas Jésus comme Dieu, ils le vénèrent comme prophète ; ils honorent sa Mère virginale, Marie, et parfois même l’invoquent avec piété. De plus, ils attendent le jour du jugement, où Dieu rétribuera tous les hommes après les avoir ressuscités. Aussi ont-ils en estime la vie morale et rendent-ils un culte à Dieu, surtout par la prière, l’aumône et le jeûne.”

 

Même si, au cours des siècles, de nombreuses dissensions et inimitiés se sont manifestées entre les chrétiens et les musulmans, le saint Concile les exhorte tous à oublier le passé et à s’efforcer sincèrement à la compréhension mutuelle, ainsi qu’à protéger et à promouvoir ensemble, pour tous les hommes, la justice sociale, les valeurs morales, la paix et la liberté.

 

A la suite de la publication du document, les catholiques et les musulmans se sont rencontrés à plusieurs reprises, et ont échangé des messages lors d’occasions importantes.

 

Message du Pape François à l’occasion de la fête de l’Aïd al-Fitr (la fin du Ramadan) 2013 :

Lire ici

 

http://www.vatican.va/holy_father/francesco/messages/pont-messages/2013/documents/papa-francesco_20130710_musulmani-ramadan_fr.html

 

Des moments importants sont venus nourrir et renforcer ces relations, notamment les visites papales aux sanctuaires sacrés de l’Islam, comme la venu du Pape Jean-Paul II et celle du Pape Benoît XVI sur le Haram al-Sharif (l’Esplanade des Mosquées) à Jérusalem, le troisième lieu saint le plus important dans le monde musulman.

 

Ce dialogue a porté ses fruits, comme le montre l’important document du « Common Word” (Mot Commun”), signé par de nombreux intellectuels et leaders musulmans :

Lire ici en anglais

 

http://www.acommonword.com/the-acw-document/

 

L’Eglise de Terre Sainte a promu les relations avec l’Islam dans son propre synode (1995-2000), et le document publié à sa suite est une ressource importante dans la construction du dialogue avec les musulmans.

Pour lire le Plan Pastoral Général, “Relations avec les croyants des autres religions” :

Lire ici en anglais

 

http://ejournals.bc.edu/ojs/index.php/scjr/article/view/1360/1270