Combien y a-t-il de Catholiques en Terre Sainte?

Les Catholiques représentent une proportion importante des Chrétiens de Terre Sainte.

En Israël, ils constituent environ 67% des Chrétiens palestiniens, et il y a de plus de grandes communautés de migrants catholiques latins (romains), une petite communauté de catholiques latins hébréophones et des communautés de migrants de rite oriental, originaires d’Europe de l’Est, d’Inde et d’Afrique.

En Palestine, les Catholiques représentent près de 50% des Chrétiens.

En Jordanie, les Catholiques représentent environ 45% des Chrétiens. Il y a de plus de grandes communautés de travailleurs immigrés catholiques romains et d’autres réfugiés catholiques d’Iraq et de Syrie.

En Israël, la répartition des Catholiques est estimée comme suit :

Grecs-Catholiques             48000 + environ 2000 migrants grecs-catholiques d’Europe de l’Est

Catholiques Latins              24000 + environ 60000 Catholiques latins parmi les migrants d’Asie et d’Afrique + des centaines de Catholiques latins hébréophones

Maronites                             8400 + environ 3000 fidèles Libanais

De plus, il y a quelques Catholiques syriens et arméniens, mais pas de communautés. Il y a de grands groupes de Catholiques de rite ge’ez, originaires d’Erythrée, et des Indiens catholiques de rite oriental.

En Palestine, la répartition des Catholiques est la suivante :

Catholiques latins               17850

Grecs-Catholiques             4650

Il y a de petites communautés de Syriens catholiques, Maronites et Arméniens catholiques.

En Jordanie, les Catholiques se répartissent ainsi :

Catholiques latins               80000 + 50000 travailleurs immigrés catholiques latins

Grecs-catholiques              32000

Il y a de petites communautés de Maronites, d’Arméniens catholiques et de Syriens catholiques, ainsi que des milliers de Chaldéens d’Iraq.

(Pour Israël et la Palestine, ces chiffres s’appuient sur deux études publiées par Divar Publishers à Bethléem : « Les Arabes chrétiens en Israël », publié par Johnny Mansour en 2012, et « Les Chrétiens palestiniens de Cisjordanie », publié par Rania Al Qass Collings, Rifat Odeh Kassis et Mitri Raheb en 2012.)