Cardinal Sandri au sujet du pèlerinage du Pape

Dans une interview à Terrasanta.net, le Cardinal Leornado Sandri, préfet de la Congrégation pour les Églises Orientales, parle du pèlerinage du Saint Père.

Q. Que symbolise le voyage du pape à Amman et Jérusalem ?

R. À Amman, la rencontre du pape François avec les victimes de cette catastrophe humanitaire provoquée par la guerre en Syrie, après la tragédie en Irak, est très importante. L’Église montre qu’elle est du côté de ceux qui souffrent le plus, et cette rencontre est un appel au monde entier, pour une aide véritable à toutes ces personnes. Mais le voyage aura une signification fondamentalement œcuménique, à la suite d’une question qui nous concerne tous, et qui semble de plus en plus incompréhensible : pourquoi sommes-nous divisés ? Pourquoi, si nous croyons tous en Christ, nous donnons ce spectacle de division ? La rencontre du pape François avec le patriarche Bartholomée est un signe extrêmement fort, 50 ans tout juste après l’étreinte entre Paul VI et Athénagoras, au Saint-Sépulcre, l’endroit où les divisions entre les chrétiens sont les plus palpables. C’est justement là que François et Bartholomée s’embrasseront, pour renouveler cette promesse et ce désir d’unité, comme dans la prière de Jésus au Père : «Que tous soient un ».

Lire toute l’interview ici