Le logo de la visite du pape François : un message et un défi

 
logo_site_edited-new

Emanuela Rocchi est l’artiste italienne qui a créé le logo de la visite du pape François en  Terre Sainte. C’est elle qui avait remporté le concours international pour le logo du Grand Jubilé de l’an 2000 (Vous en souvenez vous? Les 5 colombes de différentes couleurs en forme de croix, et la devise  » Christ hier, aujourd’hui et à jamais »). Le point culminant du voyage sera la prière commune entre le pape François, le patriarche Bartholomée et les autres chefs des Eglises sœurs de Jérusalem. Il est à noter que le logo exprime presque mot pour mot le message et le défi que le Pape François aborde dans Evangelii Gaudium n° 99, lorsqu’il a écrit :

 » Je demande en particulier aux chrétiens des différentes communautés à travers le monde d’offrir un témoignage rayonnant et attractif de la communion fraternelle. Que tout le monde admire la façon dont vous prenez soin les uns des autres, comment vous vous encourager et vous vous accompagner: « A ceci tous connaîtront que vous êtes mes disciples, si vous avez de l’amour les uns les autres »  (Jn 13,35).  Ce fut la prière suppliante de Jésus au Père : « Que tous soient un … en nous … afin que le monde croit» (Jn 17,21). Méfiez-vous de la tentation de la jalousie ! Nous sommes tous dans le même bateau et nous nous dirigeons tous vers le même port ! Demandons la grâce de nous réjouir des dons de chacun, qui appartiennent à tous « .

Bien évidemment, le pape François a adressé cette exhortation à l’Eglise universelle, alors que son voyage en Terre Sainte n’était pas encore prévu. Mais nous pouvons néanmoins l’appliquer à notre situation particulière. Et de fait, c’est d’abord à « l’Eglise Mère » de Jérusalem de répondre à l’invitation de « notre Père à tous » et de s’engager à donner un témoignage convaincant et attrayant de l’amour fraternel parmi les chrétiens. Le Pape François, par l’échange d’un baiser de paix avec les chefs des Églises sœurs, en donnera l’exemple. Prions pour que les premiers fruits de cet événement soient les prémisses d’autres fruits à l’avenir. Et si cela arrive, alors nous pourrons parler à juste titre d’un « événement historique » qui a donné l’impulsion à la reconstruction de l’unité parfaite entre les chrétiens, et favorisé les relations inter-religieuses avec les Juifs et les Musulmans . Par conséquent, il dépend aussi de nous que cet événement ne soit pas juste « une simple nouvelle ».

Giubileo